vie locale
retour liste imprimer cette page Envoyer par mail version mal voyants
Economie

A travers les Cévennes, Transcevenol

La prospère entreprise de transports en commun, Transcevenol, basée à Aulas, est l’exemple type du succès de ces quelques sociétés qui ont su s’adapter et se développer en Pays Viganais. Fondée en 1923 par le grand-père et le grand-oncle de Bruno Montet, le gérant actuel, reprise par son père en 1962, on retrouve aujourd’hui, intact, cet investissement personnel et familial clé de la réussite de la SARL aulasienne.
Madame Montet, 68 ans, la mère de Bruno, conduit toujours des cars à travers le Pays Viganais et n’a visiblement pas décidé de prendre sa retraite.

Les transports en commun, qu’il s’agisse de tourisme, de ramassage scolaire ou de navettes quotidiennes reliant les communes du territoire au Vigan, et à Ganges et Saint-Hyppolite-du-Fort, contribuent au quotidien de grand nombre de cévenols en réduisant les distances à l’intérieur de la communauté, mais aussi au-delà. Ainsi, une partie de la flotte des cars Montet est au départ d’Aulas, tous les matins, ainsi qu’au Vigan et à Saint-Hyppolite et les chauffeurs desservent chaque jour une vaste zone des départements du Gard et de l’Hérault.

Mais, malgré une présence ancrée dans le paysage depuis plus de 85 ans, les choses évoluant en grande partie au gré des directives économiques du Conseil Général, principal client de Transcevenol, Bruno Montet ne cache pas son inquiétude quant à l’avenir de sa SARL. En effet, cette année (2009), Transcevenol devient sous-délégataire de Véolia, groupe important à avoir récemment entrebâillé la porte de cette activité. Pour l’entreprise du Pays Viganais, il s’agit d’un premier contrat de 10 ans qui dans les termes assure une décennie de stabilité au gérant et à ses 18 chauffeurs. Au-delà de cette période, aucune visibilité n’est prédictive.

Même si la SARL pénètre une nouvelle ère à laquelle elle doit s’adapter, son développement actuel et le marché qu’elle honore est presque un cas d’école, la preuve que ses affaires sont rondement menées et, force est de constater que Transcevenol est arrivé il y a quelques années à la limite possible de son expansion. Alors, comment parvient-on à conduire une modeste entreprise familiale au sommet et à l’y maintenir ? Pour Bruno Montet, qui n’a jamais ou presque vécu trop loin des cars, le tout est affaire de passion et d’investissement personnel. Certes il ne faut pas compter, s’en tenir à des horaires routiniers ; il faut accepter que sa profession dépasse le cadre de l’activité quotidienne pour s’installer pleinement dans l’existence comme une seconde nature.

Quand il ne conduit pas, monsieur Montet vidange ses cars. Il les répare, les perfectionne, les entretient lui-même ; son enthousiasme pour la profession est le même aujourd’hui que quand il a débuté au côtés de son père. Et, bien qu’il n’ait pas l’impression de travailler parce qu’il poursuit le rêve de toute sa famille (son épouse travaille également avec lui), il admet tout de même que part de son développement, il le doit justement au fait qu’il soit en permanence en train “de faire presque tout.”



Haut de page | Marchés Publics | Accès | Mentions légales | Nous contacter